Point[s] d'accroche

Pensées plurielles féministes autour du genre, du sexe et des sexualités

 // 17.10.2015

Comment s’en sortir ? De la (l’in)visibilité du corps féminin dans l’espace public



Comment s’en sortir ? La question posée par Sarah Kofman dans l’ouvrage éponyme publié chez Galilée en 1983, reprise à nouveaux frais par une revue contemporaine au sujet de la problématique féministe, queer et postcoloniale, résonne particulièrement en France aujourd’hui lorsqu’elle est adressée au débat concernant l’articulation entre le voile féminin et le féminisme – et il faut d’emblée mettre tous les mots au pluriel : entre les voiles et les féminismes.

D’un côté, des féministes héritières d’une conception laïque de l’égalité et de la liberté regrettent la « guerre interféminine » entre les « suffragettes du voile » et les féministes non-voilées, « guerre du voile » qui signerait la fin d’un « féminin universel » rassemblé dans la lutte contre le patriarcat (Hélé Béji, Islam Pride : derrière le voile, Paris, Gallimard, 2011).

D’un autre côté, des féministes islamiques rappellent la « bataille du voile », ce conflit d’avant l’Indépendance de l’Algérie que raconte Frantz Fanon (L’An V de la révolution algérienne, Paris, La Découverte, 1959/2011), durant lequel le voile féminin constitua un véritable levier de la mission « civilisatrice » de la France coloniale – et à la suite duquel prendre le voile commença à être perçu comme un geste de résistance, identitaire et anticolonialiste (Zahra Ali, Féminismes islamiques, Paris, La Fabrique, 2012).

La complexité du problème dans le contexte français et postcolonial ainsi que la polysémie du voile qu’il ne faut pas oublier de prendre en compte invitent à déplacer la question afin de dépassionner le débat.

On parle parfois de « quatrième vague » pour désigner les luttes féministes actuelles qui s’ancrent dans la dimension médiatique de la société contemporaine, à l’instar de la dénonciation du publisexisme ou de l’affirmation du sextremisme. Les « affaires du voile » en France, depuis la fin des années 1980, relèvent certainement de cette dimension médiatique et, comme lors de la « bataille » étudiée par Fanon, elles braquent les projecteurs sur le corps féminin perçu à la fois comme trop visible et trop invisible dans l’espace public. Elles révèlent que la place et la visibilité du corps féminin dans l’espace public continuent de faire problème aujourd’hui.

Ne serait-ce pas cela, au fond, la question ? Le corps féminin, appréhendé par Bourdieu comme « être perçu » (La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998) serait-il condamné à rester prisonnier de la dialectique qui confronte pudeur et exhibition, chasteté et sexualisation ?

Ou bien… comment en sortir ?


Notes

A écouter : « Le voile est-il un frein à l’émancipation des femmes ? » émission « Du grain à moudre », France culture, 9 octobre 2015.


Partagez l'info :


Réagir

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*


1 + 8 =